Retour à Mauthausen PDF, EPUB

Il suffit de trouver le Danube et de descendre en aval.


ISBN: 2350130231.

Nom des pages: 110.

Télécharger Retour à Mauthausen gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Arrêté par la Gestapo en janvier 1944, René est déporté à Mauthausen après trois mois de torture dans les sous-sols du ministère de l’Intérieur. Très vite transféré à Gusen, un camp-satellite de Mauthausen que certains surnomment  » l’enfer des enfers « , il y reste jusqu’au 5 mai 1945, date de la libération du camp par les Alliés.
Soixante ans plus tard, René retourne sur les lieux, accompagné de Jean-Michel Lambert.
Point d’orgue d’une magnifique amitié entre deux hommes de générations différentes, ce récit rend hommage, à travers l’histoire de René, à celles et ceux qui payèrent derrière les barbelés leur combat contre l’occupant nazi. La tournure imprévue du pèlerinage rend ce témoignage d’autant plus poignant et précieux. Celui-ci nous commande la plus extrême vigilance dans un monde toujours menacé par le fanatisme. Un voyage initiatique dont l’auteur nous invite à partager la richesse.

Entre 122 766 et 320 000 personnes sont mortes à Mauthausen, le plus grand camp de concentration d’Autriche, entre le premier wagon de prisonniers arrivé en 1938 et la libération du camp par les troupes américaines en 1945. Les prisonniers ont été forcés de porter des blocs de pierre extraits de ces 195. Il a structuré son livre de manière complexe à deux niveaux: le premier, un compte rendu puissant d’un procès problématique sur les crimes de guerre mis en place hâtivement par l’armée américaine; la seconde, une mise en garde concernant la nature même de la justice. « -Erna Paris, Revue littéraire du Canada.

Le 6 mai 1945, le 3e Escadron de reconnaissance de cavalerie de l’armée américaine libère le camp de concentration d’Ebensee. Le mémorial de Dachau en Allemagne ne ferme que la veille de Noël, et Bergen-Belsen, également en Allemagne, est ouvert tous les jours. Mon peloton est ensuite allé à la maison que j’avais choisie et nous avons amené le capitaine de la Marine avec nous. D’un endroit où les coups et les tortures quotidiennes étaient inévitables.